Serein tout comme l’homme dont il soutient depuis 2013, Ami Kamga président de la Ligue Régionale de Volleyball de l’Ouest, loin des démêlés, fait monter les enfants au filet pratiquement tous les weekends. Pour leur première sortie de la saison, dimanche dernier, au nouveau gymnase d’application de Bandjoun, les équipes des Centres de Formations étaient toutes sur scène, comme un symbole de fidélité, au président légal de la Fédération Camerounaise de Volleyball, Julien Serge Abouem.

Le président Ami Kamga au nouveau gymnase de Bandjoun

En lui, beaucoup fondent l’exploit d’un digne successeur du chef de file de la refondation. Ceux-là, estiment que des dix présidents régionaux, Ami Kamga est depuis quelques années celui qui incarne le plus, le projet de Julien Serge Abouem, qui sur le plan légitime, est le président de la Fédération Camerounaise de Volleyball. « En 2013, nous avons défendu le programme de la refondation qui veut dire la formation à la base. Nous n’allons jamais cesser de soutenir la refondation parce que grâce à la refondation, le volleyball a pris une autre ampleur dans la région de l’Ouest », reconnait-il « Nous le soutenons parce que c’est le programme qui permet aux jeunes de s’épanouir, c’est le programme qui permet d’avoir les joueurs dans toutes les catégories et nous pensons qu’avec la refondation nous allons partir très loin », a-t-il renchérit.

Dans ce bicéphalisme à la tête de la FECAVOLLEY, comme sur le plan de la vivacité de son plan d’action, Julien Serge Abouem peut compter sur Ami Kamga, son ami de longue date. « Nous restons fidèles derrière le président Abouem. C’est un monsieur qui nous a dit qu’il fera du volleyball un produit vendable. Ça été son slogan et nous l’avons soutenu. Aujourd’hui la Fédération a beaucoup de sponsors et cela montre que nous sommes derrière un monsieur qui sait où il va », déclare le président de la Ligue Régionale de Volleyball de l’Ouest légalement réélu il y a quelques mois « Et quand nous regardons aussi le nombre exponentiel de licenciés dans notre région et dans le pays, nous disons que c’est un monsieur à soutenir » a-t-il ajouté.

Longtemps menacé par l’exode rural, la Ligue de l’Ouest a été en quelques sortes sauvées par la refondation selon son président. « La refondation c’est le meilleur programme qui existe surtout pour nous à l’Ouest où nous n’avons pas beaucoup d’équipe seniors parce que, après le Baccalauréat, la majorité de nos athlètes se retrouvent à Douala et Yaoundé dans les équipes seniors, vu que nous n’avons pas beaucoup d’universités dans notre région » déploie Ami Kamga qui se gonfle néanmoins le torse d’être à la tête de l’une des Ligues qui se sont correctement enracinées aux fondements de la refondation établis sur la formation des catégories jeunes. « Au niveau national, ils savent que chaque fois qu’ils vont rencontrer un club de l’Ouest en juniors ou Cadets il faut se préparer. Et là-bas on a été plusieurs fois champion en juniors & cadets garçons comme filles ». Avec plusieurs athlètes toujours retenus dans les équipes nationales cadettes juniors et même seniors, Ami Kamga dit à qui veut l’entendre que « la refondation a été mieux implémentée dans ma région avec Abouem qu’avec les autres présidents régionaux » a-t-il autoritairement avoué.

Et si cette déclaration est vrai, au regard d’un championnat régional structuré qui se joue tous les ans dans toutes les catégories et désormais dans un gymnase en cours de finition à Bandjoun, c’est aussi parce que comme son leader, le président Ami Kamga pour ceux qui le connaissent, est un passionné dont l’engagement pour le développement du Volleyball Camerounais est visiblement, au-delà de tout !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

La Pologne détrône la Turquie et complète le dernier carré de la VNL féminine avec l’Italie tombeuse des États-Unis.

Au bout du tie-break, la Pologne a battu la Turquie, tenante du titre de la compétition. L…