Pour sa première et unique compétition nationale de la saison, après son titre de champion dans son secteur, Nouvelle Dynamique de Bafoussam n’a pas pu faire le poids face à ses adversaires. Logé dans la poule A du Final 8 de la Camtel Volleyball Championship, le club de l’ouest a terminé au fond de la poule bien que les enfants de Adalbert Nguimouth ont pu prendre un set à Bafia et à PAD. Interviewé  dimanche soir à la fin du tournoi le coach de la formation, avoue avoir fait face aux vraies réalités du volleyball camerounais.

–   Bonsoir Coach, félicitations pour la prestation de vos enfants malgré les trois défaites en trois matchs. Comment est-ce vous avez trouvez la compétition ?

La compétition dans l’ensemble était relevée mais nous constatons qu’on peut classer les équipes de notre poule en deux niveau celles qui sont compétitives et organisées et celles qui ne sont pas trop compétitives. Dès quatre équipes, quand on prend Port Autonome et Bafia on constate qu’il y a décalage avec Dynamic de Douala et Dynamique Nouvelle de Bafoussam.

–   Vous vous classez au deuxième niveau alors?                                        

Bien évidemment nous ne sommes pas assez compétitifs. Il y a eu par exemple les tournois Opens que nous n’avons pas pris part or les deux équipes que je viens de citer ont pris part. Et Dynamique Nouvelle est constitué des gars qui sortent de notre école de formation c’est vrai que quelques-uns ont déjà pris part à certaines compétitions, les jeux universitaires notamment or quand vous voyez Port ils recrutent un peu de partout ils ont  les moyens pour ça.

–   Et pourquoi vous n’avez pas pris part aux Opens qui étaient pourtant ouverts à tous les clubs ?

C’est question de possibilités et de moyens. Pour le moment nous n’avons pas suffisamment de moyens pour pouvoir faire ces déplacements. Les gars sont là ils sont prêts à s’entraîner mais parfois on s’entraîne quand il n’a pas de compétition qui suit ça devient très difficile de demander aux gars qui sont les élèves et étudiants d’être là tout le temps.

–   Comment est-ce que vous fabriquez ce que vous avez présenté comme jeu ce weekend sans compétition ?

On essaye de mobiliser les gars d’être présent aux entraînements, on travaille fort et quand une compétition s’annonce on essaye d’augmenter le rythme d’entraînement. Comme là nous venons de finir c’est peut-être dans un an que nous allons encore faire une véritable compétition or si dans un mois on avait une compétition on devait rentrer continuer à travailler pour élever le niveau mais là, on va rentrer on va faire les efforts mais ce sera difficile.

–   Y a-t-il quelque chose que la tutelle peut faire pour que vous soyez  continuellement en compétition ne serait-ce que dans votre secteur ?

Non la tutelle a déjà faire des efforts parce que nous sommes quand même issus des sectoriels Ouest-Nord-ouest auxquels nous avons pris part et nous nous sommes qualifiés mais ce n’est pas le même niveau, il faut le reconnaître ici on se frotte véritablement aux vraies réalités du volleyball camerounais. La tutelle a déjà fait des choses mais peut-être il faut qu’il ait  les mécènes et sponsors aussi ce n’est pas évident.

–   Vous avez également une équipe en Dames…

Oui nous avons une équipe dames qui a également pris part aux sectoriels mais on n’a pas pu se qualifier.

Nous avons aussi ce problème d’exode où dès que les enfants ont le Bac c’est de venir à Yaoundé ce qui fait que permanemment nous sommes en reconstruction ce n’es pas évident mais pour dire vrai nous sommes plus dans la formation. Quand vous allez à Bafia deux de leurs meilleurs éléments sont issus de notre centre de formation, deux également à Cameroun et deux ou trois à Dynamic de Douala Donc nous sommes fières que les enfants issus de notre école de formation soient représentés un peu de partout.

–   Merci et bon courage

Je vous en prie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Mercato : après une saison en Israël, Vanessa Agbortabi est de retour en Europe

La réceptionneuse-attaquante allemande d’origine camerounaise a déposé ses valises a…