L’équipe de France féminine a remporté ce dimanche 19 juin à Orléans la Golden League européenne pour la première fois de son histoire, victorieuse en finale de la République tchèque en trois sets (25-22, 27-25, 25-14). Les bleues invaincues pendant toute la compétition ont décroché leur premier trophée international à domicile.

La Golden League européenne 2022, s’est clôturée ce dimanche 19 juin avec le triomphe historique de l’équipe féminine de France, après un trajet sans faute. Les Bleues ont perdu uniquement deux sets lors des six matchs disputé dans cette campagne. En finale face à la République tchèque au Palais des Sports d’Orléans, les françaises se sont largement imposées 3-0 (25-22, 27-25, 25-14). Les bleues et l’internationale Franco-Camerounaise Léandra Olinga Andela (6 points dont 4 blocs) comptent désormais un trophée dans leur gibecière.

Avec 20 points marqué, Lucille Gicquel (58% de réussite en attaque, 4 aces, 2 blocs), a été désignée MVP de la compétition. Les françaises se qualifient ainsi pour la Challenger Cup.

Emile Rousseaux, entraîneur de l’équipe de France : « La Fédération Française de Volley et Manu Fouchet (manager de l’équipe de France) mettent en place depuis des années des programmes de travail qui permettent de faire progresser les filles. Ce qu’on vient de faire est dans la continuité de l’été passé, tout le monde parle de notre quart de finale à l’Euro, mais tout l’été avait été satisfaisant avec des victoires contre des équipes qu’on n’avait jamais battues, on a réussi à poursuivre dans cette dynamique. J’étais un peu inquiet, avec Nina Stojiljkovic qui n’avait pas joué dans son club (Le Cannet) et Amélie Rotar qui n’avait pas fait une réception (elle joue pointue avec Venelles), mais on voit que les filles ont compris qu’elles devaient se mettre au service du groupe. Héléna (Cazaute) et Amandine (Giardino) ont tout fait pour protéger Amélie en réception, parce qu’elles savent qu’avec elle sur le terrain, on est meilleures. A partir du moment où on fait cette démarche, c’est qu’on a compris que l’état d’esprit collectif est prioritaire, je pense que c’est une des plus belles choses que nous avons réussi à mettre en place avec ce groupe. Ça a d’ailleurs été toute l’histoire de cette Golden League : on a eu différents moments de compétition pendant lesquels une ou deux titulaires ont été en difficulté, malgré ça, on n’a jamais perdu, c’est la preuve qu’on a toujours su trouver des ressources collectives pour compenser ces difficultés passagères. C’était la même chose aujourd’hui en finale, certaines ont été à un niveau moyen et d’autres se sont transcendées, comme Lucille Gicquel, pour mettre l’équipe en sécurité, le collectif est toujours parvenu à trouver des ressources, c’est la leçon de cette compétition. Moi, je ne suis même pas berger, je suis simplement un accompagnateur, j’ai essayé de mettre tout ça dans le bon sens, mais ce sont les filles qui sont le moteur de tout ça, ma gratitude est totale à leur égard. » réaction recueilli par la FFV

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

La Pologne détrône la Turquie et complète le dernier carré de la VNL féminine avec l’Italie tombeuse des États-Unis.

Au bout du tie-break, la Pologne a battu la Turquie, tenante du titre de la compétition. L…