Prenant la parole lors du Congrès Ordinaire de la Confédération Africaine de Volleyball (CAVB) en séance plénière, le président Julien Serge ABOUEM de la Fédération Camerounaise de Volleyball (FECAVOLLEY), fidèle à son esprit de discernement a dans un premier temps, apprécié les politiques mises en place par la Fédération Internationale  de Volleyball (FIVB) notamment le projet ”Volleyball Empowerment” qui vise à soutenir le volleyball africain. Et dans le deuxième set de son exposé, il a suggéré à la FIVB d’adopter un accompagnement propre à chaque fédération africaine

Dans son intervention, Julien Serge ABOUEM a bien évidemment apprécié à sa juste valeur le Projet “Volleyball  Empowerment” qui selon lui sera certainement un soulagement pour de nombreuses fédérations. Cependant, il a souhaité qu’il faille faire attention à la standardisation des politiques de la FIVB car d’après le patron du volleyball camerounais, les problématiques ne sont pas les mêmes pour les différentes fédérations. Il a souligné que le Cameroun par exemple est présent depuis 2010 à tous les championnats du monde. Lui donner 100 ballons chaque année ne représente plus rien pour notre pays qui a d’autres problèmes à l’exemple de la construction des salles couvertes qui permettraient aux volleyeurs camerounais de s’entraîner dès le bas âge sur des surfaces dédiées.

Le président de la FECAVOLLEY, en financier avisé a rappelé aux congressistes que le ”financing” d’une organisation peut se faire par dons de matériels, dons financiers, dons-projets, prêts-projets mais aussi par des modes alternatifs de l’ ”indirect financing” sous forme de cautions et garanties octroyées.

Le Président, Julien Serge ABOUEM a proposé à la Fédération Internationale de Volleyball (FIVB) d’explorer cette possibilité pour certaines fédérations africaines qui ont déjà un certain niveau de développement à l’image de la FECAVOLLEY qui voudrait construire trente salles couvertes dans le pays. La FIVB s’est dite prête à explorer cette approche innovante et le Directeur Exécutif de la FIVB a invité le Président de la FECAVOLLEY à se rendre à Lausanne en Suisse pour travailler sur cette option qui pourrait révolutionner le financement des Fédérations.

En quoi consiste le mécanisme du patron du volleyball camerounais ?

Selon Julien Serge ABOUEM, le mécanisme consiste pour des projets rentables des fédérations, à obtenir des cautions ou garanties financières de la FIVB qui permettraient aux fédérations africaines de s’endetter en monnaie locale auprès des banques ou institutions financières locales et investir dans l’infrastructure afin de permettre au volleyball de produire un jeu de qualité et de le vendre de manière optimale sur le marché du spectacle et du divertissement.

La proposition de l’homme de la refondation a fait l’objet d’applaudissements nourris pour son caractère novateur et qui permettra à coup sûr de changer le visage du volleyball africain et aux équipes africaines de passer le 2ème ou le 3ème tour des championnats du monde où alors de franchir un cap aux Jeux Olympiques dans 8 à 10 ans .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Mercato : après une saison en Israël, Vanessa Agbortabi est de retour en Europe

La réceptionneuse-attaquante allemande d’origine camerounaise a déposé ses valises a…