Rendu à moins de 48h de  la finale de la Camtel Volleyball Championship Dames 2022, où ils tenteront après l’édition 2021, de réaliser un doublée, dimanche prochain à l’Ecole des Travaux Public de Yaoundé, Léandry Charles Ntonga, coach adjoint de Bafia Volleyball Evolution, livre ses impressions  à 2760 minutes de ce moment de vérité.

    – Comment préparez-vous votre finale de dimanche face à FAP une équipe que vous avez défaite pour remporter l’édition précédente ?

Nous préparons sereinement notre finale du championnat. Nous mettons un accent particulier sur notre fond de jeu tant sur le plan offensif que défensif. Nous avons également amélioré notre qualité de servir car depuis notre dernière confrontation contre FAP nous leur avons donné beaucoup de point suite à nos fautes de services. Tout ceci est accompagné par un travail de musculation d’entretien et un travail de pliométrique pour améliorer la détente et l’explosivité des filles

    – Le fait que FAP sorte fraîchement d’une compétition internationale ne vous fait-il peur ?

Non pas du tout… Nous respectons l’équipe FAP mais nous n’avons pas du tout peur. C’est certes un petit avantage pour FAP d’avoir participer à cette compétition car elles ont certainement gagner en expérience et en intelligence et même en compréhension du jeu de part le nombre de matchs joués, mais Aujourd’hui BVE est une équipe disposant d’un très gros potentiel tant au niveau des joueuses que du management, c’est une équipe jeune certes mais ces jeunes ont appris à gérer les situations tant faciles que difficiles en plus de cela les joueuses sont très motivés, elles sont enthousiastes et surtout elles sont physiquement, techniquement et tactiquement bien préparées pour gagner cette finale, elles ont envie de ce trophée et elles iront le chercher quelque soient les difficultés et les obstacles sur leur chemin.

    – Le constat que nous avons le plus fait chez Bafia cette saison, c’est la perde des premiers sets de la majorité des matchs face à certains clubs comme FAP et Litto Team et autres même si à la fin vous sortez victorieux. Comment vous comptez gérer le premier set de cette finale ?

Cela est certainement dû à la jeunesse des joueuses qui commencent toujours timidement leur Match.  A ce niveau nous essayons de beaucoup causer avec les joueuses de façon individuelle pour les amener à comprendre que cette attitude peut nous être préjudiciable à un moment et que pour cette finale il sera question de dicter et rythmer le match tout entier du premier coup du sifflet de l’arbitre au dernier. Nous travaillons également sur notre façons de nous échauffer en augmentant l’intensité afin qu’elles débutent le match dans les meilleures formes physiques et psychologiques (mentales).

    – Quel est le programme de l’équipe de cette heure jusqu’à dimanche à 16h ?                                      

Nous avons une séance d’entraînement ce vendredi au Palais Polyvalent des Sports il sera question de revoir nos façons de servir, faire un travail de défense, faire une révision sur notre fond de jeu  sur le plan offensif et défensif et laisser les filles jouer un ou deux sets pour qu’elle entrent dans la dynamique de la finale. Samedi c’est repos, on pourra certainement manger en groupe et dimanche matin très tôt nous aurions une courte séance d’entraînement pour permettre aux filles de se remettre rapidement en jambe avant 16h, qui est l’heure du coup d’envoi de cette finale tant attendue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Mercato : après une saison en Israël, Vanessa Agbortabi est de retour en Europe

La réceptionneuse-attaquante allemande d’origine camerounaise a déposé ses valises a…