Apres avoir défendu les couleurs du Cameroun pendant 8ans, Octavie Mekong avait pris sa retraite internationale en 2014 au sortie du mondial en Italie. De nos jours la coach de 48 ans est coach de et responsable du centre de formation de Vollleyball du Lac qui s’entraine sur le mitique terrain de volleyball de messa à Yaoundé. En attendant le mini-documentaire réalisé sur  le centre, nous vous proposons l’interview de l’ancienne internationale.

Coach, si on commençait d’abord par résumer en quelques mots votre parcours avec l’équipe nationale du Cameroun…

Ma première sélection en équipe nationale c’est en 2006. On préparait le championnat du monde mais je n’avais pas été retenue mais en 2007, j’ai participé aux Jeux Africaines en Alger où on a été médaillée d’argent et puis en 2009 au Championnat d’Afrique on a eu le bronze. Il y’a eu plusieurs autres compétitions mais j’ai clôturé ma carrière internationale avec le championnat du monde en Italie 2014.

Revenons-en au centre de formation de volleyball du Lac. C’est quoi son histoire et où vous vient cette idée ?

Le centre de formation est venu de mon idée.  Après mon parcours au volleyball je me suis demandée quel ce que je vais faire de ce que j’ai appris ? qu’est ce que je vais faire de mes expériences ? J’ai dit pourquoi ne pas, m’occuper des enfants ?  J’ai trois à la maison que je veux initier donc l’idée part du fait que je veux que mes enfants jouent au volleyball mais je vais m’en occuper puisque j’ai  mon expérience propre c’est vrai que je ne suis pas sortie d’une école de sport, je suis un produit de l’école normale supérieure et je me suis dit que c’est  toujours de l’éducation.

C’est donc en ce moment que j’interpelle certains amis que bon, je vais lancer mon centre pour transmettre ce que j’ai appris et ils ont été tous très intéressé qu’enfin ! J’ai eu certains contacts qui m’ont proposé des terrains, j’ai pu financer comme j’ai pu avec le peu que j’avais au départ et au fur et à mesure avec les amies qui sont un peu de partout, m’apportent leur cour de main sur le plan matériel. Comme vous voyez  l’école grandie progressivement ça fait 4 ans maintenant.

C’est quoi le vrai objectif du centre ?

Intéresser déjà les enfants à une discipline sportive, permettre aux enfants de s’amuser, s’épanouir dans une activité sportive physique et maintenant leur apprendre la technique de la discipline qui est le volleyball et au fur et à mesure ceux qui ont les altitudes et la physionomie nécessaires qui pourraient  leur permettre  d’aller un peu plus loin. L’objectif final c’est qu’au ressorte de là, avec un, deux, trois, quatre qui pourront intégrer les équipes nationales et  pourvoir représenter le club comme cela ce droit et le pays.

4 ans déjà quel bilan ?

4ans trois cinq qui sont déjà passés juniors et dans les cinq, trois qui déjà leur place en l’équipes nationale cadette.

Quels les différents ateliers du stage de cette année ?

C’est juste la technique de base, leur apprendre les notions de volleyball, quelques règles et techniques. S’ils sortent delà en maîtrisant la touche, la manchette et peut-être le service, sur le plan collectif, savoir faire déjà un échange entre un, deux, trois et faire traverser le ballon ça sera très bien.

Quel est l’effectif de cette année ?

Depuis que le centre s’est ouvert sincèrement je ne peux pas vous dire exactement mais tout au long de l’année je voisine entre 30 et 45 adhérents. Mais là, avec le stage de vacance que j’ai laissé il y’a beaucoup de nouveau qui son venus juste pour le stage de vacances mais certains ont promis de continuer dès la prochaine année.

On a pu observer deux groupes au cours des séances d’entrainement, un groupe pour jeunes  et un autre constitué des plus jeunes.

Effectivement dans la formation, c’est comme à l’école où il y a la maternelle, le primaire, le lycée et puis il y a l’université donc comme vous avez vu, le premier groupe on a les poussins et ceux qui sont légèrement ce sont les apprenants. Il y’a un type de ballon déjà appropriée a ce type d’âge et en plus il y a une façon de transmettre l’enseignement à ses tous petits, le langage, la gestuelle, la patience c’est ça qui va leur permettre de comprendre ce vous voulez leur apprendre.

Ancienne internationale, est-ce que vous avez eu de telle opportunité étant petite?

Justement c’est tout ça qui m’a poussé à le faire avec  certains de mes collaborateurs qui ont créé également leur école. C’est vraiment ça qui nous a manqué et on a dit que si nous, on peut se sacrifier pour que nos enfants puis avoir cette base qui va aider l’équipe nationale demain parce que si aujourd’hui les européens nous dépassent c’est cette base là, qui nous manque.

Désormais cette doit être fixée vous avez vu le nombre d’enfants présents et avec notre équipe féminine qui a  gagné trois fois la coupe d’Afrique beaucoup sont venus aussi parce qu’ils ont trouvé un endroit où ils peuvent apprendre du cours on se sacrifier et continuer.

Vous avez déjà le soutien de la fédération ?          

Pour l’instant pas vraiment mais on va faire tout pour que la fédération s’intéresse à nous d’où le programme que mon collaborateur et moi nous sommes en train de mettre sur pied. Pour la clôture on va inviter tous les responsables de la fédération pour qu’ils viennent voir comment les enfants travaillent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

VNL 2024 (F) : Le tableau des quarts de finale avec les États-Unis

Les États-Unis, ont décroché le dernier ticket de la phase finale de la Ligue des Nations …