Ce n’est plus un secret de polichinelle. Aucune sélection féminine des Fédérations membres de la Confédération Africaine de Volleyball ne participera au Tournoi de Qualification Olympique (TQO) Japon 2023 ouvert aux 24 meilleures équipes du classement de la FIVB du 17 octobre. La conséquence directe de leur absence a Paris. Chez les messieurs l’Afrique sera néanmoins représentée par la Tunisie et l’Égypte au TQO masculin avec carrément zéro pourcent de chance d’être parmi les 6 meilleures équipes des 24 qui seront alignées au point de  départ.

Visiblement, la Confédération Africaine de Volleyball serait encore à l’écart de la Fédération Internationale de Volleyball. On dirait les années 60 où elle n’était qu’une commission au sein de celle-ci. Sinon comment comprendre que 50 ans après son passage de commission au sein de la FIVB en CAVB en 1972, l’intense africaine peine toujours à se trouver une place tolérable sur la table de sa tutelle ? La CAVB est la seule Confédération membre de la FIVB dont les équipes ne participent pas à la Ligue des Nations de Volleyball. Dont les clubs ne figurent pas au Championnat du Monde des Clubs Champions et pourrait être assurément la seule Confédération absente aux Jeux Olympiques en 2024 pourtant l’épreuve est ouverte à 24 équipes 12 chez les dames et 12 chez les messieurs. Au total, 288 volleyeurs, 144 de chaque sexe, seront à Paris.

En tant que pays-hôte, la France possède automatiquement un quota dans les deux tournois. les 11 autres équipes passent par différents modes de qualifications continentales pour valider leur ticket comme c’était le cas lors des derniers Jeux de Tokyo 2020. Il y avait eu six TQO et les places restantes avaient été décernées au cours des compétitions continentales. Pour la CAVB, le Cameroun avait abrité le TQO féminin, le Kenya avait pris l’unique ticket mis en jeu et la Tunisie en l’Égypte avait remportée le tournoi masculin. Mais pour les Jeux Olympiques 2024 baptisés les Jeux de la XXXIIIe olympiade de l’ère moderne prévus à Paris, la FIVB a décidé de changer le système de qualification mettant l’Afrique en danger.

Match Cameroun vs Kenya en phase de poules du mondial féminin 2022 (Photo FIVB)

Pour Paris 2024, les qualifications se feront à deux étapes avec un rôle primordial du classement mondial FIVB.

Étape 1– Un TQO par sexe sera organisé en septembre et octobre 2023 entre les 24 meilleures équipes. Elles seront choisies sur la base du classement FIVB du 12 septembre 2022 pour les messieurs et du 17 octobre 2022 pour les dames. Les deux meilleures équipes de chaque TQO seront qualifiées pour Paris 2024.

Étape 2 – Les 5 places restantes seront distribuées aux 5 meilleures équipes non qualifiées de la phase préliminaire de la Ligue des Nations de Volleyball avec une priorité donnée aux continents qui n’ont pas encore de représentant pour le tournoi olympique. L’Afrique ne prenant pas part à la VNL, n’est nullement concerné par cette étape.

L’assurance de Afrique pour Paris 2024, était a l’étape 1 malheureusement brouillé par l’intense mondiale qui à la place d’un TQO par Confédération pour les 6 places comme lors des années précédentes, a cumulé une bataille où l’Afrique sera juste un figurant au TQO masculin et absente au TQO féminin.

Respectivement 19e et 20e au classement FIVB du 12 septembre, la Tunisie et l’Égypte font partir des 24 équipes qui disputeront les 6 places au Japon. Alors que chez les dames, aucune sélection africaine n’est dans ce carré. Le Kenya est 30e et le Cameroun 31e du classement FIVB du 17 octobre dernier.

Une autre option qui pourrait être un peu favorable au continent noir serait d’organiser le TQO après la VNL 2023. Ainsi les 5 meilleures équipes décrocheront les premiers tickets. Et au TQO, les équipes africaines pourront croiser les sélection moins forte. En plus du Qatar 25e qui prendra la place de la France et la Chine 26e qui sera de la partie si la suspension de la Russie est maintenue, Chili 27e, Chinese Taipei 28e, Porto Rico 29e, Portugal 30e Et Cameroun 31e disputeront également ce TQO masculin. Si le même processus est opté chez les dames le Kenya sera la seule nation africaine au TQO féminin.

Toutefois, la meilleure option demeure l’organisation d’un TQO féminin et masculin par continent (pour les 6 places) ce qui garantira un pass par sexe à la CAVB pour monter au filet des JO Paris 2024.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

La Pologne détrône la Turquie et complète le dernier carré de la VNL féminine avec l’Italie tombeuse des États-Unis.

Au bout du tie-break, la Pologne a battu la Turquie, tenante du titre de la compétition. L…