Le réceptionneur-attaquant français annonce organiser un boycott contre les activités de Volleyball World. Il a réagi à la sortie un peu maladroite du Community manager du media de la Fédération Internationale de Volleyball sur twitter smashant Benjamin Toniutti, capitaine de l’équipe des bleus.

En effet, dans une interview accordé à nos confrères de Plusliga.pl cette semaine, le passeur de l’équipe de  France Benjamin Toniutti, a évoqué plusieurs sujets et thèmes, passés, présents et futurs. A la question liée aux nombreux matchs à  jouer par saison dont les internationaux polonais se plaignent depuis un moment, Benjamin Toniutti a été franc « Nous, les Français, avons disputé cette année la VNL au Canada, à Gdansk et en Italie,  le championnat du monde en Pologne, et nos différents championnats. La plupart d’entre nous jouons dans des ligues étrangères en Pologne, en Italie et dans d’autres pays, nous ne sommes donc pas proches de nos familles pendant six ou huit mois de championnat après viennent la  VNL et le mondial. Nous sommes  absents toute l’année. Donc, je comprends que les joueurs polonais soient épuisés et c’est normal. Mais que dire ? C’est un drame. Bien sûr, c’est mon choix de jouer en Pologne, personne ne m’a forcé en me pointant un couteau à la gorge, mais je ne peux pas accepter le fait d’être tellement éloigné de ma famille. Nous avons discuté de cette situation avec les autorités de la FIVB en tant que capitaines d’équipes nationales et avons présenté notre position selon laquelle il y a trop de matchs, trop d’affaires et peu de souci pour notre santé. » C’était-il exprimé, avant d’enchaîner « Expliquez-moi, pourquoi je ne comprends pas à quel point cela a du sens de jouer un match de la VNL aux Philippines à 10h devant un public d’une vingtaine de personnes ? Dans un pays où il n’y a même pas d’équipe de volley-ball ! Je suis désolé de le dire ainsi. Nous y avons volé 16 heures en classe économique. Beaucoup de gars mesurent plus de deux mètres, alors vous pouvez imaginer quel plaisir ce fut. Du Canada, nous nous sommes envolés pour les Philippines, puis directement pour le Japon. Certains des gars ont quitté l’Europe pendant un mois et demi. A quoi ça sert tout ça ? » S’interrogeait-il.

Des révélations indigérables pour le responsable des comptes sociaux du media Volleyball World de la FIVB qui à défaut de revenir sur les problèmes de vols, des horaires trop serrés, la santé des joueurs…évoqué par Tonuitti est plutôt  allé en confrontation avec le français postant une image d’une salle de sport aux Philippines avec plus de 5000 spectateurs associée à un texte ironique « Plus de 20 à coup sûr. »

Une sortie qui a également provoqué la  réaction de plusieurs athlètes sur twitter dont la plus dure est celle de la star de l’équipe de France « Volleyball World, faites pas chier on va organiser un boycott général vous allez plus respirer. » a lancé Earvin Ngapeth.

 

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Mercato : après une saison en Israël, Vanessa Agbortabi est de retour en Europe

La réceptionneuse-attaquante allemande d’origine camerounaise a déposé ses valises a…