Le Ministre des Sports et de l’Education Physique, le professeur Narcisse Mouelle Kombi a installé en début de semaine à Yaoundé, les membres du comité chargé du suivi des opérations de renouvellement des organes dirigeants des Fédérations Sportives Civiles Nationales pour la période biennale 2021-2024. Léon Sango, président dudit comité et par ailleurs directeur des normes et du suivi de l’organisation sportive au MINSEP était l’invité sport au poste national jeudi. Face au confrère Samuel désiré Ayang, Léon Sango dit tout sur le cahier des charges du comité de suivi et fait un état des lieux des opérations au sein des Fédérations.

       Monsieur Léon Sango bonjour, qu’est-ce qui va changer dans le processus de renouvellement des organes dirigeants des Fédérations Sportives Civiles Nationales après l’installation par le Ministère des Sports et de l’Education Physique des membres du comité chargé du suivi de l’opération?

Ce comité du suivi sert à accompagner et épauler en tant que de besoin sans s’immiscer sans s’ingérer dans l’autonomie des Fédérations mais in fine, c’est cette commission qui doit devoir au finale examiner l’ensemble du processus. Ça veut dire quoi ? Vous avez ténu une Assemblée Générale, vous avez adopté les textes, vous avez mis en place une Commission Electorale Indépendante, mais vous avez choisi les gens et puis au finale quand il y’a des requêtes ce comité doit donc examiner l’ensemble du processus en commençant à la basse pour s’assurer que tout a été okay, et qui n’a pas de contentieux en cours pour dire au Ministère des sports : monsieur le Ministre vous pouvez reconnaître ces gens. Voilà un peu vers là où nous allons.

      Malgré cette bonne communication monsieur le directeur on a l’impression que le message ne passe pas. Les responsables qui continuent de converger vers le Ministère des sports pour le dépôt de leur candidature pourtant il y’a des Commissions Electorales Indépendantes qui devraient s’en charger au niveau des Fédérations. Est-ce que vous vous sentez ça à votre niveau?

J’ai rencontré, je crois deux ou trois sur la quarantaine des Fédérations. Nous nous sommes dans le respect de l’autonomie des Fédérations. Il est important je le réaffirme, selon la volonté du Ministère des Sports et de l’Education Physique c’est que les Fédérations mettent en place les commissions Electorales Indépendantes qui vont donc connaître les questions de candidatures, de processus électoral et qui vont stature pour l’organisation des élections. L’État, accompagne, suit à distance.

S’il y’a besoin, par exemple nous avons eu vent de ce que certaines fédérations pourraient connaître des difficultés au niveau de leur démembrement. C’est à dire les ligues et autres pour organiser de façon proportionnelle parce que pour des raisons financières. Alors certains m’ont posé la question qu’es ce qu’il y’a lieu de faire ? Moi je leur ai dit, il y va de l’autonomie des Fédérations. Le souhait pour le Ministre des Sports c’est que l’État s’éloigne au maximum. Dès lors qu’on part sur le principe que c’est la Commission Électorale Indépendante centrale qui doit être également garante du processus à la basse parce qu’elle en répond, les Fédérations peuvent donc interagir avec nos délégués régionaux qui sont sur place, pour apporter des facilités sans s’immiscer. L’idéal est que le comité du suivi central qui a été mis en place, que au niveau de chacun région il y’a un comité du suivi régional sous la supervision du gouverneur qui est garant de l’ordre public.

      Certains acteurs n’ont pas confiance. Comment s’y prendre lorsque au niveau de la Fédération tout est verrouillé, Qu’est-ce qu’ils font dans ce cas ?

Nous sommes conscients que les textes peuvent être taillés à la mesure de certains acteurs qui sont en poste. En passant nous ne sommes pas là, pour leur combattre ni pour leur favoriser il faut que ça soit bien dit. Les candidats ont le loisir d’informer le Ministre de cette situation. Si jamais il y’a les candidats qui sont privés de leurs droits d’une manière ou d’une autre, ils peuvent se référer effectivement au ministère des sports comme ceux qui peuvent contredire les dispositions en termes de statut, évoquer par exemple la question de Commission Electorale Indépendante : quels sont les contours ? quelles sont les neutralités? Elles sont nombreuses par exemple, si vous avez un homme de droit, il est clair qu’il prête serment.

Deuxième point, il est important à notre avis et ça c’est souhaitable que c’est l’Assemblée Générale qui valide le processus électoral, les codes, que ce soit l’Assemblée Générale qui désigne les membres des Commissions Electorales Indépendantes. Il est clair que le bureau en place peut proposer parce que c’est l’Assemblée Générale qui est garant de l’équité donc pour dire que, il y’a les voies de recours. Ils peuvent informer le Ministre des Sports, ils peuvent saisir même la Commission Électorale Indépendante avec copie au Ministère des sports, il y’a beaucoup pour être sûr parce que nous voulons également avoir la certitude de la bonne foi de tous les acteurs.

      A cette allure, des conflits, des malentendus sont inévitables ce qui ouvre la porte au contentieux poste électoral qui pourra prendre du temps et ne pas permettre que les choses se déroulent normalement parce que en décembre, il y’a le Comité National Olympique qui doit livrer son bureau au Comité International Olympique.

Nous allons anticiper sur ces cas, il va de soi que dans un processus électoral, il y’a le contentieux poste électoral. Mais qu’est-ce que nous faisons pour que, effectivement ce contentieux poste électoral n’entrave pas le bon déroulement dans le timing souhaité du processus électoral en cours ? C’est simplement que les dispositions d’une des circulaires du Ministère dénonce au fait que, le contentieux électoral doit être traité en référé pour diligenter au-delà des normes habituelles de traitement. Ça veut dire qu’au jour le jour dès lors qu’il y’a un dossier, les commissions statuent.

      Qu’est-ce que le ministère prévoit pour des exécutifs qui seraient élus au terme d’un processus qui n’aura pas respecté le canevas que vous venez de présenter ?

Le Ministre des Sports a mis en place un Comité de suivi qui a des prérogatives claires : le contrôle, la régulation, il est important qu’au terme du processus, que les gens en place se conforment aux dispositions qui font le droit. Bien-sûr dans le respect des textes, parce que les textes doivent s’arrimer aux dispositions de ces circulaires. Qu’ils s’y conforment c’est important. Le reste le comité chargé du suivi saura ce qu’elle va proposer. Ce n’est pas à moi d’en décider.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

La Pologne détrône la Turquie et complète le dernier carré de la VNL féminine avec l’Italie tombeuse des États-Unis.

Au bout du tie-break, la Pologne a battu la Turquie, tenante du titre de la compétition. L…