Deux piliers chez les lionnes indomptables de volleyball du Cameroun ont officialisé leur retraite internationale en moins de deux semaines. Stéphanie Fotso  et Christelle Nana  ne seraient pas les seules joueuses à quitter la tanière cette année. Une autre  aurait déjà saisi la Fédération Camerounaise de Volleyball pour signifier son envie de Prendre sa retraite internationale. Et selon certains indicateurs, d’autres s’interrogeraient encore sur leur futur en sélection. Des départs qui vont sans aucun doute mettre en mal l’équipe nationale, attendue en septembre prochain au championnat du monde de volleyball féminin FIVB Pays-Bas-Pologne 2022.

Le 15 février dernier en matinée, Stéphanie Fotso Mogoung avait pris de coup le public camerounais en annonçant sa retraite internationale sur les réseaux sociaux. Ce samedi 26 février c’était au tour de Christelle Nana Tchoundjang. Par le même canal, la capitaine de  l’équipe nationale de volleyball a fait savoir qu’elle jetait l’éponge pour besoin de repos.  Le glas d’une époque mais, peut-être aussi, celui d’un cycle. Celui des triples championnes d’Afrique en titre.

C’est à peu près à la même période qu’elles intègrent la sélection nationale et dès 2014, elles vont commencer à se révéler au grand public. Stéphanie Fotso Mogoung 34 ans, Christelle Nana Tchoundjang 32 ans, Simone Bikatal 29 ans et Laetitia Moma Bassoko 28 ans. Toutes trois fois championnes d’Afrique, constituent le noyau dur du groupe des volleyeuses camerounaises qui trônent depuis 2017 sur le toit du continent. A cette liste s’ajoute Yolande  Amana Guigolo, Estelle Adiana et Emelda Piata Zessi, toutes âgées de 24 ans et deux fois championnes d’Afrique (2019 et 2021). Ce ‘’sept’’, qui fait la fierté du pays à l’international, est depuis un moment, la vitrine du volleyball féminin camerounais. Avec lui au prochain championnat du monde, le Cameroun pouvait espérer enregistrer sa meilleure performance dans l’histoire de cette compétition mais sa dissolution est arrivée plutôt que prévue. Elles s’en vont à tour de rôle chacune avec la reconnaissance qu’elle mérite pour laisser place à la relève.

Dans ce contexte il est clair que l’équipe féminine de volleyball du Cameroun triple championne d’Afrique d’affilée aura une coloration différente dès sa prochaine sortie internationale. Un gros challenge pour l’entraîneur principal Jean René Akono à seulement 07 mois du championnat du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Mercato : après une saison en Israël, Vanessa Agbortabi est de retour en Europe

La réceptionneuse-attaquante allemande d’origine camerounaise a déposé ses valises a…