L’initiative est de l’international volleyeur camerounais Arthur Voukeng porteur du projet Tyson20 Bootcamp 2022 qui ambitionne réinventer l’éducation des enfants sportifs  et des adultes par le numérique. Et quoi de mieux que de faire le lancement de la première édition au Collège Johnston Sports  & Etudes de la Fédération Camerounaise de Volleyball partenaire dudit projet.

Passionnés de volleyball, les voilà immergés aux nouvelles technologies pour allier Sports et études numériques durant une semaine de ces temps de vacances. Plus d’une centaine d’enfant sorties de plusieurs établissements scolaires de la ville de Yaoundé ont favorablement répondu lundi dernier, au Bootcamp de la startup Tyson20 labs « C’est pour permettre aux enfants de s’enquérir des nouvelles technologies, économie numérique, des professions du digital pour une meilleure insertion professionnelle et  pour un savoir vivre dans le monde qui se transforme rapidement et se digitalise rapidement. »  Explique Arthur Voukeng, fondateur & CEO de la startup Tyson20

Pour cette première édition qui a débuté lundi et qui s’étendra sur sept jours (du lundi 4 au dimanche 10 juillet), il sera question d’initier les enfants au graphique design, manchon design, marketing digital, community manager, copywriting et autres métiers de base du digital.  Ce sera un moment intense de partage et de décroissance avec les enfants a tenu a rassurer le meilleur central du Championnat d’Afrique des Nations Rwanda  2021, prometteur de l’événement, le représentant de la FECAVOLLEY, les responsables du Collège Johnston ainsi que les parents présents à la conférence de presse de lacement lundi dernier.

Au-delà de l’attestation qui sera remise à tous les participants, les deux meilleurs du Bootcamp bénéficieront d’un stage professionnel en entreprise et d’une bourse pour perfectionner  leurs connaissances avec une possibilité d’être insérer dans les projets, selon Arthur Voukeng « L’objectif pour le Tysan20 dans l’organisation de ce Bootcamp c’est de  pouvoir pousser l’économie numérique. L’économie numérique ne se développe pas si on n’a pas de compétences numériques. C’est de pouvoir créer dans ce volet de technologie de l’éducation, une plateforme qui délivre en temps réel et gratuitement un accès illimité pour les enfants, pour les adultes et pour tout le monde aux métiers du digital spécifiquement. »

Un projet soutenu et accompagné par la Fédération Camerounaise de Volleyball.  « Lorsque ce projet a été mis sur pied, il était uniquement question de savoir pourquoi le collège Johnston comme le collège Johnson est déjà sports et études, il était facile de faire la transaction entre ce projet Bootcamp qui justement initie les enfants au numérique et le collège Johnston qui a ajouté dans sa formation académie un plus en mathématique et en informatique qui permet donc de pouvoir préparer ces enfants c’est pour ça que le collège Johnston est devenu facilement la base à travers laquelle le Bootcamp pouvait se lancer.»  S’est exprimé Toko Ekambi, conseillé et représentant du président de la FEACOLLEY à la conférence de presse.

Après le volleyball, Arthur Voukeng et son groupe comptent bien transporter le Bootcamp  dans d’autres disciplines sportives  comme le football, le basket avant de l’expatrier dans certains pays d’Afrique.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

La Pologne détrône la Turquie et complète le dernier carré de la VNL féminine avec l’Italie tombeuse des États-Unis.

Au bout du tie-break, la Pologne a battu la Turquie, tenante du titre de la compétition. L…