Avant de boucler la boucle au championnat du monde 2022 devant la France ce mardi 30 août à 16h30, le coordonnateur technique de l’équipe fanoir du Cameroun de volleyball à cœur ouvert, est revenu sur les aspects qui auront entachés le parcourt des lions en Slovénie. Le vieux lion qui durant sa carrière à l’étranger a parcouru 13 clubs, évoque également quelques pistes de solutions qui pourront ressortir l’éclat du volleyball camerounais.

–  On a vu une équipe camerounaise contre la Slovénie qui aurait pu gagner le troisième set et qui pouvait faire la différence de tout le match malheureusement quelques petits pêches…

Nous souffrons pour l’instant dans le secteur service – réception et ça nous pose énormément de problème pour développer notre jeu. On va très rapidement commencer à travailler ce secteur pour pourvoir mieux préparer la CAN 2023.

–  Contre l’Allemagne c’est un premier set particulièrement difficile. On attendait le Cameroun faire la différence face à l’ancien colon malheureusement ça pas marché…

C’était un premier set très engagé de part et d’autre, on a eu la balle de set mais on n’a pas su la concrétiser et après psychologiquement on a pris un coup pour la suite du match. Bien que je n’aime pas trop le mot apprendre parce que je ne pense pas que nos joueurs sont là pour apprendre à une compétition qui se joue tous les 4 ans mais il va falloir que moi et mon staff nous essayons d’améliorer les choses pour permettre à nos joueurs de développer un jeu plus rassuré dans l’avenir

–  Lorsqu’on dit Cameroun – France. Vous avez joué et entraîné en France. Ce sont nos ancêtres les gaulois, Pour vous, c’est un match comme les autres ou alors il y a une particularité dans ce match ?

Non pour moi ce ne sont pas nos ancêtres. Nous avons nos ancêtres. Nous sommes bantou eux ils sont européens donc ce ne sont pas nos ancêtres.

Je pense qui faut toujours prendre les matchs en terme de combat donc nous, on va jouer contre la France, c’est deux pays qui se rencontre. Le passé est peux être un facteur psychologique sur le plan intrinsèque mais maintenant il faut relativiser, on va  jouer contre les champions olympiques et champions de la VNL. On sait en plus qui sont déjà qualifié pour le second tour, ils n’ont plus rien à perdre sauf cherche à montrer leur suprématie sur le volleyball mondial mais nous on va essayer de créer la surprise et puis on verra ce que ça va donner.

–  C’est une équipe camerounaise qui compte en son sein plusieurs joueurs locaux au contraire de vos adversaires qui sont des professionnels aguerris qui tout au long de la saison jouent à des compétitions de niveau assez élevé…

Juste après cette compétition je vais essayer de discuter avec la Fédération pour mettre un projet fiable en place pour mieux préparer les compétitions futures surtout la prochaine compétition qui est la Can 2023 y compris les qualifications des Jeux Olympiques Paris 2024 enfin de dominer sur le plan africain et mieux rivaliser sur le plan mondial. Il y a déjà plusieurs années comme nous ne sommes plus monté sur le podium africain donc il faut mettre une stratégie de travail afin de pouvoir conquérir le podium africain.

–  Et justement parlant du continent africain, ici en Slovénie, il y a les trois meilleures équipes du continent. La Tunisie qui a déjà une victoire, l’Egypte et puis vous. Es-ce que vous ne jouez pas en pensant à cette concurrence.

C’est vrai les trois meilleures équipes africaines sont ici en Slovénie. On a eu à faire un match amical contre l’Égypte à Maribor, il a été arrêté à 2 sets partout mais on voit bien que l’équipe camerounaise a un très bon potentiel. Vous l’avez dit tantôt, elle est constituée seulement de 4 joueurs professionnels sur les 14 qui sont ici, les autres sont des armateurs et quand on voit ce qu’ils produisent avec la qualité d’entraînement qu’on connaît bien pour l’instant au Cameroun, je pense que on ne peut que les féliciter, les encourager et maintenant mettre un travail en place afin de vraiment concurrencer les équipes européens et dominer le championnat africain. J’espère et je pense que la Fédération nous suivra et puis on verra le résultat à la fin du championnat 2023.

– Toutes les années les mêmes problèmes de fautes de service, fautes directes et réception. Qu’est ce qui fait véritablement problème ?

C’est le niveau d’entraînement et le niveau de compétition. Nous sommes au championnat du monde et vous-même vous l’avez relève tantôt, nos joueurs, dans leur club ne jouent pas au haut niveau. Si on avait les joueurs qui jouent en Pro A (France), en Pologne, en Italie ou en Allemagne dans les championnats les plus élevés, déjà ils seraient forts mentalement parce que c’est une question de mental. Les équipes qui sont au championnat du monde tous leurs joueurs participent à la Champions Ligue européenne,  jouent à la VNL chaque année or nous on vient tous les 4 ans rivaliser avec eux, c’est un peu ça la difficulté. J’exhorte aussi la CAVB à voir comment mettre un championnat africain en place chaque année qui regrouperait les six voir les 4 meilleures équipes africaines afin que nous jouons constamment ensemble. Ça nous permettrait facilement à progresser aussi sur le plan technique, tactique et mental. Aujourd’hui aucune équipe ne peut plus cacher son jeu, on est à l’air du numérique où on à toutes les vidéos des équipes dans les différents médias.

– Les Jeux Islamique ont permis en plus de la médaille d’argent (on ne fera pas la fine bouche) de préparer ce championnat du monde puisque après ça, vous n’avez pas eu de matchs amicaux avec des adversaires de taille…

Non on ne fait pas la fine bouche. C’est une compétition qui nous a certes permis de préparer les championnats du monde mais ce n’était pas suffisant ce qui nous faudrait c’est de pouvoir multiplier un grand nombre de matchs amicaux avec des grandes nations de volleyball cela nous permettra de voir les erreurs à remédier. Au Jeux Islamique on a perdu en finale mais c’est désormais le passé

– Guy-Roger Nanga merci                                                                                                                             

C’est moi qui vous remercie

Entretien réalisé par Etienne Arthur Deffo Team Press Officer de l’équipe nationale masculine de volleyball du Cameroun

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

La Pologne détrône la Turquie et complète le dernier carré de la VNL féminine avec l’Italie tombeuse des États-Unis.

Au bout du tie-break, la Pologne a battu la Turquie, tenante du titre de la compétition. L…