Remarquables lors des éliminatoires de la coupe du Cameroun 2022, les jeunes de Tigaza Volleyball de Bertoua, tiennent le bon bout du projet des anciens volleyeurs de la région de l’Est Cameroun qui s’appliquent avec ardeur pour porter leur localité, au firmament du volleyball camerounais.

Porté par un groupe d’anciens volleyeurs de l’est, le club Tigaza Volleyball de Bertoua qui joue depuis 3 ans dans la catégorie sénior, à participer cette année à la Coupe du Cameroun pour la deuxième fois de son histoire. Malgré leur jeune âge, Emmanuel Tsanne et ses coéquipiers ont été spectaculaires face aux plus grands. Logée dans la poule B avec FAP et TGV de Makak, l’équipe amenée par le coach Emmanuel Wadawa, battue lors de ces deux sorties par 3 sets contre 1, n’a pas pu traverser la phase éliminatoire. « L’essentiel pour nous été de venir montrer ce que nous faisons à l’Est. Plusieurs gens se disent que l’Est ne peut plus produire les volleyeurs. Mais nous le faisons et je dis encore bravo aux enfants, bravo à la Fédération pour l’effort consenti pour ce déplacement et à tous ceux qui ont contribué pour ces enfants puisque c’est une école SOS des anciens volleyeurs qui souhaitent relever le niveau du volleyball à l’Est »

Comme le dit la chanson, Tigaza a mis tous ces sceptiques au pas. Et malgré cette sortie précoce,  Emmanuel Wadawa, considère que les performances de ses poulains sont à la hauteur des attentes du club. « Une personne qui a fait 10 ans ou 20 ans dans le volleyball, n’a pas le moment niveau que celui qui est à 5 ans. Ce sont les enfants dont la moyenne d’âge est de 20 ans, ils ont joué leur niveau de jeu de 20 ans ce qui est déjà à féliciter. Ils ont su se flotter à ceux qui les dépassent, parce que prendre un set à FAP ce n’est toujours pas facile » souligne le coach.

L’autre Emmanuel, Tsanne, le joueur et ses camarades de longue date, ont également réalisé cet espoir face à une autre formation moins jeune, TGV de Makak.  Mais aussi celui d’qvoir marqué 109 points au cours de cette campagne. Soit 87 face à TGV et 67 devant FAP. Le capitaine de Tigaza envisage l’avenir de son club, avec des grands espoirs placés en eux. « Nous à Tigaza, nous savons que nous avons de l’avenir parce que c’est une génération qu’on a grandi ensemble, on se connait bien et nous on sait que d’ici un à deux ans ça va aller » a rassuré Emmanuel Tsanne.

Depuis quelques années, cette école de volleyball, implantée dans le quartier Bertoua-ville, qui a fait de la formation son leitmotiv, perd beaucoup de ses talents à chaque début d’année scolaire pour des raisons de manque d’établissement supérieure dans la localité. En dépit de cette triste difficulté,  Emmanuel Wadawa entend rester sur le plan du travail et de la recherche des perles rares enfin de renouer le volleyball de la région de l’Est avec sa ferveur d’antan.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

VNL 2024 (F) : Le tableau des quarts de finale avec les États-Unis

Les États-Unis, ont décroché le dernier ticket de la phase finale de la Ligue des Nations …